Category Archives: Chapitre 2 – Carla

Chapitre 2 – Carla

chapitre-2

Louise

Vendredi 13 décembre 2024

Carla

J’ai été très occupée ces deux derniers jours. Cette semaine, c’est moi qui suis chargée d’animer les soirées de l’équipe, et comme l’ambiance est loin d’être au beau fixe, je rame un maximum.

Pour faire de l’audience, il est essentiel qu’il se passe des choses, et pour qu’il se passe des choses, la production compte sur nous car ils ne risquent pas de nous envoyer des jeux ou de faire entrer une star dans notre module d’habitation. Les stars, lorsqu’elles participent à l’émission de télé Mars Ocean, sont en duplex avec nous pendant les directs, ce qui a donné, depuis deux ans, certaines scènes d’anthologie de la télévision mondiale. Je me rappelle de cette soirée où, depuis les studios américains, ils ont voulu faire venir une « star française » pour me faire plaisir. Ils ont choisi une personnalité inattendue, du moins pour moi. Je vois encore la scène. Nous étions tous réunis dans la salle de duplex, et pour fêter la première année du projet, l’émission hebdomadaire avait invité une star pour chaque participant. Chaque personnalité appartenait au pays d’un explorateur. Quand est venu mon tour, le présentateur semblait très excité : « Et maintenant, pour faire plaisir à Louise, notre petite française, nous avons fait venir une grande star. Une star française aux origines italiennes mais qui a su faire résonner l’élégance et la classe française à travers le monde : Carla Bruni ! »

Quel choc. D’abord, je n’ai jamais été fan de la chanteuse, mais en plus, c’était un coup de com’ sur mon dos. Carla était redevenue première dame de France pour la troisième fois de sa vie, et cette opération était l’occasion de redorer le blason d’un Nicolas Sarkozy qui, au terme de la première année de son troisième mandat, en avait bien besoin.

Quand nous étions partis, Sarkozy venait de se faire réélire mais la France était déjà dans la rue, pour ne pas dire à feu et à sang. Plus aucune université ne fonctionnait depuis plusieurs mois et le pays était à l’arrêt. Ça faisait la Une de la presse du monde entier, et j’étais parvenue à passer entre les gouttes des interviews qui me demandaient, en tant que « petite frenchie », mon avis sur la question. Certes, la politique m’intéressait, mais je n’avais pas fait le choix de partir sur Mars pour subir les soubresauts de mouvements que justement je fuyais. La société telle qu’elle était, je n’en voulais plus, alors non, je n’avais pas l’intention d’en discuter. Nulle part.

Mais, si éviter les interviews sur des sujets politiques avant le départ de la mission était envisageable, ça ne l’a plus été lorsque, pendant ce prime-time qui fêtait la première année de Mars Ocean, j’ai eu  droit au visage improbablement rajeuni d’une Carla Bruni en plein écran.

     - « Bonjour Louise, mon mari et moi sommes fans de vous, sachez que Nicolas ne rate pas l’émission, et notre fille non plus.

     - Merci Madame ».

Le blanc à l’antenne qui a suivi a bien montré mon malaise. Déjà qu’il existe un petit temps de latence dans les liaisons entre la Terre et Mars et que pour cette raison, la production nous demande d’être très réactifs pendant les directs, là, c’était le chaos. On se serait cru pendant un direct lors de la couverture d’un conflit, lorsque le correspondant n’arrive pas à comprendre les questions du journaliste en plateau. Me rendant compte de ce long silence et ne sachant plus que dire, je lui ai demandé ce qu’elle faisait là, et cet entretien lamentable n’a pas manqué de faire le tour du web, comme me l’a montré la production quelques jours plus tard. Moi, Louise, la petite française expatriée pour toujours, j’avais manqué de respect à la Première dame de France en lui demandant ce qu’elle foutait là. Essayez de vous échapper du monde, et vous finissez par en faire le tour à la vitesse d’un clic.

Quel paradoxe que celui d’animer les soirées et parfois la vie de personnes que vous n’avez jamais vues et que vous ne verrez jamais. Entrer dans la vie d’individus qui jamais n’auront accès à vous, c’est dans le fond le destin des stars, sauf que le fan peut conserver l’impression qu’un jour, il verra l’objet de son admiration « en vrai ». Ce n’est pas notre cas.

En vrai, plus jamais.

Et ça change tout. L’autre énorme différence, c’est qu’en général, les stars sont connues pour une qualité artistique, quelque chose qui, comme le chant, le cinéma ou autre, ont pu les mener à la célébrité. Nous, nous sommes connus parce que nous sommes partis sur Mars, parce que nous ne serons plus jamais là, parce que nous avons fui. Célèbres d’être partis, aventuriers du définitif.

Je constate, deux ans après le départ, que la célébrité que nous avons acquise est une sorte de notoriété morbide, qui oscille entre fascination et perversion. Il est clair que ce qui s’est passé ces derniers jours est en train de tout changer, et que la télé-réalité n’a finalement jamais aussi bien porté son nom. Ce que nous vivons est bien réel, tout comme ce que j’ai vu et entendu ces derniers temps. Je n’ai aucune idée de ce qui va se passer maintenant.

Aucune.

 La suite mardi 17 décembre…