Category Archives: Chapitre 1 – Mars Ocean

Chapitre 1 – Mars Ocean

chapitre-1Louise

Mardi 10 décembre 2024

Un aller sans retour

Je cherchais un endroit pour vivre, et il y a eu cette possibilité. Il a fallu que je fasse des millions de kilomètres pour commencer à comprendre. Les événements de ces dernières semaines sont suffisamment graves pour que j’essaye de faire le point. Lorsqu’en 2013, on a commencé à entendre parler du projet Mars One, il y avait eu beaucoup de tapage et d’interrogations. Partir sur Mars pour un aller sans retour paraissait improbable, d’autant que l’expédition serait financée par un programme de télé-réalité, ce qui alimentait de nombreuses polémiques. Si le premier projet n’a pas vu le jour, d’autres se sont mis en place, jusqu’à arriver à la véritable expédition, celle avec laquelle je suis partie, Mars Ocean.

Pour toujours.

Une « aventure inédite », « la plus grande expérience humaine de tous les temps » disait le slogan de cette première émission de télé-réalité mondiale à laquelle nous allions participer. Au-delà de l’aspect marketing, il est vrai que tout a été assez fou depuis le départ, jusqu’à la semaine dernière, où Claire m’a confié un enregistrement, avant de quitter notre module d’habitation.

En 2013, pour la première salve de candidatures, 200 000 humains avaient postulé pour l’aventure, et plus encore chaque fois qu’un nouveau projet pour partir sur Mars se profilait.  Si nous sommes partis à seize (huit pour l’émission et huit scientifiques), ce sont au total plus d’un million de terriens qui ont eu envie de s’envoyer en l’air, de quitter la terre, partir définitivement.

Car s’il est possible de partir sur Mars, on ne peut pas en revenir.

Quand je pense que mon départ n’a tenu qu’à un concours de circonstances, je me dis que le destin est parfois bien étrange. Au cours des entraînements, je m’étais rapprochée de Cyrius, et c’est lui qui m’a sauvé la mise deux mois avant le départ. Tout se passait dans le désert de l’Arizona. Nous ne sortions jamais des camps tout spécialement aménagés pour nous. Les entraînements avaient duré deux ans. Vingt-quatre mois de difficultés, de galères mais aussi de moments de vie surprenants.

Nous étions quarante-huit candidats du monde entier à intégrer les camps d’entraînement en Janvier 2020 et, comme dans toute émission de télé-réalité, c’est le public qui devait choisir ceux qui, parmi nous, participeraient à l’émission et partiraient pour de bon. La compétition a été très rude, et je me suis fait éjecter en quart de finale, au terme d’un « jeu » dans lequel il fallait allier stratégie, endurance et compétences mémorielles. A ce stade, nous étions tous aptes à partir, il ne restait plus qu’à faire monter l’audience et à obtenir des points via les réseaux sociaux. C’est là que j’ai été éliminée, étant moins performante, moins stratège, peut-être plus égoïste que les autres, et que mon score n’a pas été assez haut pour continuer l’aventure.

Lorsque, au terme de la finale, une candidate a finalement craqué et a décidé qu’elle ne partirait pas, il a fallu repêcher un candidat. C’est moi qui ai été choisie, grâce à Cyrius. L’idée était la suivante : puisqu’il manquait quelqu’un, le public allait devoir voter pour rappeler un candidat parmi les derniers éliminés.  L’équipe des sept finalistes appelés les « explorateurs » a demandé à pouvoir voter également pour choisir la remplaçante. Je ne faisais pas forcément l’unanimité dans l’équipe, mais Cyrius a fait campagne pour moi afin que je puisse revenir. Il a été soutenu par Robert, celui qui fait figure de chef de l’expédition, même s’il n’aime pas ce qualificatif. Faisant autant partie de l’équipe des scientifiques que de celle des aventuriers, Robert est souvent à nos côtés pour veiller au bon déroulement de la mission. Il est tout le temps en lien avec la production, et rien ne lui échappe. En tout cas, Robert était d’accord avec Cyrius pour me réintégrer à l’équipe et, ajouté au vote du public, ça a joué en ma faveur.

Au départ, entre Cyrius et moi, c’était assez compliqué. Le personnage était sûr de lui, plutôt vaniteux, avec les réflexes du type qui n’a jamais eu à se demander comment il allait faire pour gagner sa vie. Cyrius le riche héritier, Cyrius la star, Cyrius la caution people et financière de l’émission. Aussi blindé que la Mercedes d’un mafieux Russe dans les années 2000, Cyrius disait ne plus rien avoir à découvrir que lui-même, c’était donc ce qu’il ambitionnait de faire sur Mars. Je n’y croyais pas. Comment un type qui semblait avoir tout vécu, tout testé et bouffé la vie par tous les bouts allait-il pouvoir résister sur Mars ? A quoi servent les millions une fois qu’on ne peut plus les dépenser ? Toujours est-il qu’il a résisté, et qu’il s’est révélé un camarade plutôt sympa, parfois un confident pour moi, et même plus. Est-ce parce qu’il avait une idée en tête qu’il m’a sauvée ? Je l’ignore encore, mais le fait est qu’il a fait campagne pour moi auprès des autres et qu’il m’a défendue pour que les téléspectateurs votent pour moi et pour que je puisse partir.

Il a plaidé pour mon retour dans l’équipe en expliquant que, comme j’avais une expérience dans le domaine des images et de la vidéo, ce serait « génial pour l’équipe » d’avoir quelqu’un qui, comme moi, pourrait filmer les explorateurs, et pourquoi pas les valoriser par des petits courts métrages, en plus de tout le dispositif prévu à l’avance par la production. Narcissisme des candidats ou habile manœuvre de la production pour impliquer les téléspectateurs et les explorateurs dans ce nouveau choix ? En tout cas, les arguments de Cyrius avaient été les bons, et je me suis retrouvée à nouveau dans l’aventure. Ça m’a semblé bizarre. J’étais en train de faire le deuil de Mars, de me dire que c’était le destin, et que ça avait du bon de rester sur terre lorsque j’ai été rappelée.

Je suis partie sur Mars. Un aller sans retour, permis en partie grâce à mes compétences dans le domaine des images, alors que ce seront elles qui, me semble-t-il aujourd’hui, vont faire mon malheur.

 

La suite vendredi 13 décembre…